Poème 'À ma mère' de Théodore de BANVILLE dans 'Les exilés'

À ma mère

Théodore de BANVILLE
Recueil : "Les exilés"

Ô ma mère et ma nourrice !
Toi dont l’âme protectrice
Me fit des jours composés
Avec un bonheur si rare,
Et qui ne me fus avare
Ni de lait ni de baisers !

Je t’adore, sois bénie.
Tu berças dans l’harmonie
Mon esprit aventureux,
Et loin du railleur frivole
Mon Ode aux astres s’envole :
Sois fière, je suis heureux.

J’ai vaincu l’ombre et le doute.
Qu’importe si l’on écoute
Avec dédain trop souvent
Ma voix par les pleurs voilée,
Quand sur ma lyre étoilée
Tu te penches en rêvant !

Va, je verrai sans envie
Que le destin de ma vie
N’ait pas pu se marier
Aux fortunes éclatantes,
Pourvu que tu te contentes
D’un petit brin de laurier.

16 février 1858.

Poème préféré des membres

rocteur a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Théodore de BANVILLE

Portait de Théodore de BANVILLE

Etienne Jean Baptiste Claude Théodore Faullain de Banville, né le 14 mars 1823 à Moulins (Allier) et mort le 13 mars 1891 à Paris, est un poète, dramaturge et critique français. Célèbre pour les « Odes funambulesques » et « les Exilés », il est surnommé « le poète du... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto