Poème 'À ma petite Pauline. Le jour de sa première communion' de Louis-Honoré FRÉCHETTE dans 'Les Oiseaux de neige'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Louis-Honoré FRÉCHETTE > À ma petite Pauline. Le jour de sa première communion

À ma petite Pauline. Le jour de sa première communion

Louis-Honoré FRÉCHETTE
Recueil : "Les Oiseaux de neige"

Qui donc ainsi te transfigure, ô ma Pauline ?
Quel nimbe dore ainsi ton sourire enfantin ?
Un timbre étrange vibre en ta voix cristalline :
Des immortels concerts est-ce un écho lointain ?

Aujourd’hui pourquoi donc à ta lèvre câline
Osé je à peine offrir mon baiser du matin ?
Ah ! c’est qu’après t’avoir admise au grand festin,
L’ombre auguste d’un Dieu sur ta tête s’incline.

Je sais sur toi planer l’immensité divine :
Dans tes yeux, pur miroir de ton âme, on devine
Que tu viens de gravir les éternels sommets.

Enfant, garde toujours cette ineffable empreinte !
Et que le souvenir de la céleste étreinte
Dans ton cher petit cœur ne s’efface jamais !

(1900)

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS