Poème 'Albani. Au chevet funéraire de la reine Victoria' de Louis-Honoré FRÉCHETTE dans 'Les Oiseaux de neige'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Louis-Honoré FRÉCHETTE > Albani. Au chevet funéraire de la reine Victoria

Albani. Au chevet funéraire de la reine Victoria

Louis-Honoré FRÉCHETTE
Recueil : "Les Oiseaux de neige"

Froide, et couronne au front, la morte bien-aimée
Reposait sur un lit de rose et de jasmin ;
Sombre, et debout devant la forme inanimée,
Pleurait le fils d’hier, monarque de demain.

Non loin se prosternait une autre renommée,
Artiste dont la gloire a doré le chemin,
Diva cent et cent fois des foules acclamée…
Le roi s’approcha d’elle et la prit par la main.

— Chantez ! dit-il : ― Alors une voix chaude et tendre
Vibra dans le silence auguste, et fit entendre
Comme un long chant de deuil doucement sangloté…

Émotion suprême ! ineffable harmonie !
C’étaient la Royauté, la Mort et le Génie
Qui mêlaient devant Dieu leur triple majesté !

(1901)

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS