Poème 'À Maxime du Camp' de Théophile GAUTIER dans 'Poésies libertines'

À Maxime du Camp

Théophile GAUTIER
Recueil : "Poésies libertines"

Merci du cachet, merci du papier,
De la cire rouge et des plumes d’oie,
J’ai reçu le tout avec grande joie
Et j’irai ce soir te remercier.

Mais, en attendant, je veux gribouiller
Sur le bleu cream-laid ces vers que je ploie
Dans une enveloppe, et que je t’envoie
Par un Azolan devenu portier !

Comme un vrai dandy, grâce à ces richesses,
Je puis désormais glisser aux duchesses
Des billets charmants en carton anglais.

Je ne ferai plus rougir les valets
Sur le plat d’argent forcés de remettre
Un vieux torche-cul au lieu d’une lettre !

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Théophile GAUTIER

Portait de Théophile GAUTIER

Pierre Jules Théophile Gautier est un poète, romancier, peintre et critique d’art français, né à Tarbes le 30 août 1811 et mort à Neuilly-sur-Seine le 23 octobre 1872 à 61 ans. Né à Tarbes le 30 août 1811, le tout jeune Théophile garde longtemps « le souvenir des montagnes bleues ». Il a trois ans lorsque sa famille... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto