Poème 'À mon filleul, Louis Bergevin' de Louis-Honoré FRÉCHETTE dans 'Les Oiseaux de neige'

À mon filleul, Louis Bergevin

Louis-Honoré FRÉCHETTE
Recueil : "Les Oiseaux de neige"

1er janvier 1905.

Enfant ! ― ô douce fleur qu’un printemps fit éclore !
De cette vie à peine eus-tu franchi le seuil,
Que jamais on ne vit plus triomphant accueil
Saluer parmi nous plus ravissante aurore !

Tu ne connais encor ni tristesse ni deuil ;
S’il est des jours amers ton âme les ignore…
Et pourtant l’on a vu l’horizon que Dieu dore
Sous de brillants reflets cacher plus d’un écueil.

Oui, mais, fixant pour toi le cours des destinées,
La fée aux ailes d’or des heures fortunées
Dès ton premier soleil te marqua de son sceau.

Puisses-tu, si jamais gronde au loin la tempête,
Voir, toujours et partout, sourire sur ta tête
L’astre dont le rayon caressa ton berceau !

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Louis-Honoré FRÉCHETTE

Portait de Louis-Honoré FRÉCHETTE

Louis-Honoré Fréchette (16 novembre 1839 – 31 mai 1908), poète, dramaturge, écrivain et homme politique, est né à St-Joseph-de-la-Pointe-Lévy (Lévis), Québec, Canada. Bien que son père, entrepreneur, soit analphabète, il étudie sous la tutelle des Frères des écoles chrétiennes. De 1854 à 1860, il fait ses études... [Lire la suite]

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS