Poème 'À S. E. Lady Minto' de Louis-Honoré FRÉCHETTE dans 'Les Oiseaux de neige'

À S. E. Lady Minto

Louis-Honoré FRÉCHETTE
Recueil : "Les Oiseaux de neige"

La scène était navrante. On voyait jour et nuit
— Un incendie avait presque rasé la ville ―
Des groupes d’affamés, en haillons, sans asile,
Errer en sanglotant sur leur foyer détruit.

Pour ces infortunés chacun tend la sébile :
Et, chacun à son tour laissant tomber sans bruit
L’humble morceau de pain ou la pièce qui luit,
Des cœurs compatissants la cohorte défile.

Lors, un petit héros, fils de patriciens,
Sans mot dire, un instant s’éloigne un peu des siens
Et dans la foule, seul, crânement s’aventure.

Puis il revient, le front rayonnant, mais pieds nus…
— Comment ! et vos souliers, que sont-ils devenus ?
— Tiens ! je les ai donnés… puisqu’on est en voiture !

(1900)

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS