Poème 'A Victor Hugo' de Théodore de BANVILLE dans 'Dans la fournaise'

A Victor Hugo

Théodore de BANVILLE
Recueil : "Dans la fournaise"

Strophes récitées par C. Coquelin
A la matinée du Trocadéro
Le 26 février 1881.

Père, doux au malheur, au deuil, à la souffrance!
A l’ombre du laurier dans la lutte conquis,
Viens sentir sur tes mains le baiser de la  France,
Heureuse de fêter le jour où tu naquis!

Victor Hugo! la voix de la Lyre étouffée,
Se réveilla par toi, plaignant les maux soufferts,
Et tu connus, ainsi que ton aïeul Orphée,
L’âpre exil, et ton chant ravit les noirs enfers.

Mais tu vis à présent dans la sereine gloire,
Calme, heureux, contemplé par le ciel souriant,
Ainsi qu’Homère assis sur un trône d’ivoire,
Rayonnant et les yeux tournés vers l’Orient.

Et tu vois à tes pieds la fille de Pindare,
L’Ode qui vole et plane au fond des firmaments,
L’Épopée et l’éclair de son glaive barbare,
Et la Satire, aux yeux pleins de fiers châtiments;

Et le Drame, charmeur de la foule pensive,
Qui du peuple agitant et contenant les flots,
Sur tous les parias répand, comme une eau vive,
Sa plainte gémissante et ses amers sanglots.

Mais, ô consolateur de tous les misérables!
Tu détournes les yeux du crime châtié,
Pour ne plus voir que l’Ange aux larmes adorables
Qu’au ciel et sur la terre on nomme: la Pitié!

O Père! s’envolant sur le divin Pégase
A travers l’infini sublime et radieux,
Ce génie effrayant, ta Pensée en extase
A tout vu, le passé, les mystères, les Dieux.

Elle a vu le charnier funèbre de l’Histoire,
Les sages poursuivant le but essentiel,
Et les démons forgeant dans leur caverne noire,
Les brasiers de l’aurore et les saphirs du ciel;

Elle a vu les combats, les horreurs, les désastres,
Les exilés pleurant les paradis perdus,
Et les fouets acharnés sur le troupeau des astres;
Et, lorsqu’elle revient des gouffres éperdus,

Lorsque nous lui disons: Parle. Que faut-il faire?
Enseigne-nous le vrai chemin. D’où vient le jour?
Pour nous sauver, faut-il qu’on lutte ou qu’on diffère?
Elle répond: Le mot du problème est Amour!

Aimez-vous! Ces deux mots qui changèrent le monde
Et vainquirent le Mal et ses rébellions,
Comme autrefois, redits avec ta voix profonde,
Émeuvent les rochers et domptent les lions.

Oh! parle! Que ton chant merveilleux retentisse!
Dis-nous en tes récits, pleins de charmants effrois,
Comment quelque Roland armé pour la justice,
Pour sauver un enfant égorge un tas de rois!

O maître bien-aimé, qui sans cesse t’élèves,
La France acclame en toi le plus grand de ses fils;
Elle bénit ton front plein d’espoir et de rêves,
Et tes cheveux pareils à la neige des lys!

Ton oeuvre, dont le Temps a soulevé les voiles,
S’est déroulée ainsi que de riches colliers,
Comme après des milliers et des milliers d’étoiles,
Des étoiles au ciel s’allument par milliers.

Oh! parle! ravis-nous, poëte! chante encore,
Effaçant nos malheurs, nos deuils, l’antique affront;
Et donne-nous l’immense orgueil de voir éclore
Les chefs-d’oeuvre futurs qui germent sous ton front!

26 février 1881.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Théodore de BANVILLE

Portait de Théodore de BANVILLE

Etienne Jean Baptiste Claude Théodore Faullain de Banville, né le 14 mars 1823 à Moulins (Allier) et mort le 13 mars 1891 à Paris, est un poète, dramaturge et critique français. Célèbre pour les « Odes funambulesques » et « les Exilés », il est surnommé « le poète du... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto