Poème 'Amertume' de PhulanKile

Amertume

PhulanKile

Il était une fois un petit village
dont se passait de nom les paysages
Seul importait la fougue de sa rage.

Il vous tendait les bras,
Il se serait damné pour ça
mais il en sonna le glas…

Le retour féroce
de son heure atroce
à grand pas approche.

Et ne reste plus d’espérance
d’y voir trace de vos hanches
délicates, harmonieuses, franches.

Perdue pour vous cette montagne.
Perdue pour vous cette hargne.
Perdue pour vous cette campagne.

Il était une fois un petit village
dont se passait de nom les paysages
seul m’importait de vous trouver en ses marges.

Mais il en fut décidé autrement,
Me surplombait son firmament,
Et vous, si loin de moi, décidément…

La mer a peut-être ses atours
mais ici j’ai plus, j’ai ma Tour
qui vous snobera comme moi à mon retour.

6 mai 2005

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2021 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS