Poème 'Aube incertaine' de Renée VIVIEN dans 'Études et préludes'

Aube incertaine

Renée VIVIEN
Recueil : "Études et préludes"

Comme les courtisans près d’un nouveau destin,
Nous attendions l’éveil propice de l’aurore.
Les songes attardés se poursuivaient encore,
Et tes yeux étaient bleus, ― bleus comme le matin.

Tandis que je songeais à la douceur passée,
Tes cheveux répandaient une odeur de sommeil.
Dans la crainte de voir éclater le soleil,
Notre nuit s’éloignait, souriante et lassée.

Tel un léger linceul de spectre, le brouillard
Matinal s’allongeait avant de disparaître,
Et le monde était plein d’un immense « peut-être ».
L’aube était incertaine ainsi que ton regard.

Tu semblais deviner mes extases troublées.
Dans l’ombre je croyais te voir enfin pâlir,
Et j’espérais qu’enfin jaillirait le soupir
De nos cœurs confondus, de nos âmes mêlées.

Nos êtres frémissaient de tressaillements sourds.
Nous espérions avoir atteint l’amour lui-même,
Sa très terrible ardeur et son éclair suprême…
Et le jour s’est levé, comme les autres jours !

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Renée VIVIEN

Portait de Renée VIVIEN

Renée Vivien, née Pauline Mary Tarn le 11 juin 1877 à Londres et morte le 18 novembre 1909 à Paris, surnommée « Sapho 1900 », est une poétesse britannique de langue française du courant parnassien de la Belle Époque. Renée Vivien était la fille d’une mère américaine et d’un père britannique fortuné qui mourut en 1886,... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto