Poème 'Ô forme que les mains' de Renée VIVIEN dans 'Études et préludes'

Ô forme que les mains

Renée VIVIEN
Recueil : "Études et préludes"

O forme que les mains ne sauraient retenir !
Comme au ciel l’élusif arc-en-ciel s’évapore,
Ton sourire, en fuyant, laisse plus vide encore
Le cœur endolori d’un trop doux souvenir.

Ton caprice lassé, comment le rajeunir,
Afin qu’il refleurisse aux fraîcheurs d’une aurore ?
Quels mots te murmurer, et quel lys faire éclore
Pour enchanter l’ennui de l’heure et du loisir ?

De quels baisers charmer la langueur de ton âme,
Afin qu’exaspéré d’extase, pleure et pâme
Ton être suppliant, avide et contenté ?

De quels rythmes d’amour, de quel fervent poème
Honorer dignement Celle dont la beauté
Porte au front le Désir ainsi qu’un diadème ?

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Porteur d’étendard
    ----------

    Les Barbares du Nord, comment les retenir ?
    L’impériale vertu se perd et s’évapore,
    Nul ne peut discerner ce qu’il en reste encore ;
    La Grande Hégémonie n’est plus qu’un souvenir.

    Notre vieux souverain ne saurait rajeunir,
    Puisque son crépuscule est loin de son aurore ;
    D’un arbre presque mort il ne peut rien éclore,
    Sa Noble Majesté n’a plus que des loisirs.

    Notre étendard conserve un fragment de son âme,
    Un souvenir aussi du fier porteur de lame
    Qui des ardents combats revenait contenté.

    On y trouve un seul mot, qui vaut plus qu’un poème,
    Plus qu’une concubine à l’étrange beauté
    Et plus que le blason chargé d’un chrysanthème.

  2. Ambidolmen
    ---------

    Je suis un monument, ma devise est « Tenir ».
    La pierre peut durer, le reste s’évapore ;
    Le beau chalet de bois qu’un primate élabore
    Au bout de vingt mille ans n’est plus qu’un souvenir.

    La roche se patine et semble rajeunir,
    Un peu plus au couchant, un peu plus à l’aurore ;
    Loin d’être un matériau qu’un termite perfore,
    Le témoin minéral se maintient à loisir.

    Rien ne peut égaler la force de mon âme,
    Sauf peut-être l’amour dans le coeur d’une dame ;
    Ma vertu principale est ma stabilité.

    Je suis un mégalithe, un aimable poème,
    Les gens de ce village admirent ma beauté ;
    Ils viennent chaque année m’offrir des chrysanthèmes.

  3. Livreur de dolmens
    ----------

    Voyez ce triptyque
    Trois fois plus beau qu'un menhir
    Et trois fois plus cher !

Rédiger un commentaire

© 2021 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS