Poème 'L’orgueil des lourds anneaux' de Renée VIVIEN dans 'Études et préludes'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Renée VIVIEN > L’orgueil des lourds anneaux

L’orgueil des lourds anneaux

Renée VIVIEN
Recueil : "Études et préludes"

L’orgueil des lourds anneaux, la pompe des parures,
Mêlent l’éclat de l’art à ton charme pervers,
Et les gardénias qui parent les hivers
Se meurent dans tes mains aux caresses impures.

Ta bouche délicate aux fines ciselures
Excelle à moduler l’artifice des vers :
Sous les flots de satin savamment entr’ouverts,
Ton sein s’épanouit en de pâles luxures.

Le reflet des saphirs assombrit tes yeux bleus,
Et l’incertain remous de ton corps onduleux
Fait un sillage d’or au milieu des lumières.

Quand tu passes, gardant un sourire ténu,
Blond pastel surchargé de parfums et de pierres,
Je songe à la splendeur de ton corps libre et nu.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Je me suis promené dans la ville batave,
    Il y a de cela, peut-être, bien des ans.
    Je revois, près des ponts et des canaux luisants,
    Les maisons possédant une entrée sur leur cave.

    On voit les visiteurs avancer d'un air grave,
    Le décor de la ville est des plus apaisants.
    Or, combien de bourgeois, combien de paysans
    Ont contemplé ces murs qui aux canaux se lavent?

    Quelques boutiques n'ont pas l'air d'être un commerce,
    Plutôt un vieux salon où des dames conversent
    Avec des romanciers, avec des ingénieurs.

    En rêve je revois ces éclairages rouges,
    Un monde de douceur, tout l'inverse d'un bouge,
    Tièdes chapelles pour la Mère du Seigneur.

  2. Ambigrue
    ------------

    L’ambigrue, arborant ses plumes pour parure,
    Tout au long de sa vie, ne fait rien de pervers ;
    Elle est sage en automne et tranquille en hiver,
    Ne buvant jamais l’eau des fontaines impures.

    Sa griffe délicate aux fines ciselures
    Excelle à découvrir la cachette des vers :
    Sous les sables marins savamment entrouverts,
    Elle les prend au nid, quotidienne pâture.

    Son vol n’assombrit pas la clarté du ciel bleu ;
    L’ondine la salue de ses bras onduleux
    Et son plumage d’or est habit de lumière.

    Le poète, gardant un sourire ténu,
    N’a que peu de regret du petit ver tout nu
    Qu’a mangé l’ambigrue en retournant les pierres.

Rédiger un commentaire

Renée VIVIEN

Portait de Renée VIVIEN

Renée Vivien, née Pauline Mary Tarn le 11 juin 1877 à Londres et morte le 18 novembre 1909 à Paris, surnommée « Sapho 1900 », est une poétesse britannique de langue française du courant parnassien de la Belle Époque. Renée Vivien était la fille d’une mère américaine et d’un père britannique fortuné qui mourut en 1886,... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto