Poème 'Sonnet' de Renée VIVIEN dans 'Cendres et Poussières'

Sonnet

Renée VIVIEN
Recueil : "Cendres et Poussières"

Les algues entr’ouvraient leurs âpres cassolettes
D’où montait une odeur de phosphore et de sel,
Et, jetant leurs reflets empourprés vers le ciel,
Semblaient, au fond des eaux, un lit de violettes.

La blancheur d’un essor palpitant de mouettes
Mêlait au frais nuage un frisson fraternel ;
Les vagues prolongeaient leur rêve et leur appel
Vers l’angoisse de l’air et ses langueurs muettes.

Les flots très purs brillaient d’une reflet de miroir…
La sirène aux cheveux rouges comme le soir
Chantait la volupté d’une mort amoureuse.

Dans la nuit, sanglotait et s’agitait encor
Un soupir de la vie inquiète et fiévreuse…
Les étoiles pleuraient de longues larmes d’or.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Quand le soir met de l'or rouge aux cheveux de la sirène, son charme est irrésistible.

  2. Sagesse d’un roi modeste
    -----------------------------

    Le soir orne d’or pur les cheveux des soubrettes,
    Le roi dans son bouillon remet un peu de sel ;
    Les arbres dans le parc s’endorment sous le ciel
    Ainsi que la prairie avec ses pâquerettes.

    Dans ce lieu littoral que survole une mouette,
    Ce monarque prononce un discours paternel ;
    Aux talents de chacun son verbe fait appel,
    Les valets sont remplis d’approbation muette.

    La chandelle allumée se reflète au miroir,
    Dont le timide éclat nous dit que c’est le soir ;
    Ici, la nourriture est plutôt savoureuse.

    Ainsi qu’un vieux vaisseau ne quitte plus son port,
    Plus n’entreprend le roi d’excursions amoureuses ;
    Son coeur, lui semble-t-il, bat quand même assez fort.

  3. Manoir de la mouette
    --------------------

    Vers le Septentrion, que l’aquilon ravage,
    Il est un vieux manoir qu’emplissent des trésors ;
    Son architecte fut un vénérable porc,
    Et la Dame des lieux, c’est la mouette sauvage.

    Cette vaste contrée où nul n’est en servage,
    Si tu voulais t’y rendre, il faudrait un effort,
    Sauf si tu sais voler, si tu prends ton essor,
    Ou bien si tu gravis les rochers du rivage.

    Cet oiseau peut narguer la tempête démente
    Et peut même planer au coeur de la tourmente ;
    Son âme sans défaut n’en sera pas meurtrie.

    Or, son esprit voyage au cours de son sommeil,
    En rêve parcourant sa nouvelle patrie :
    Un paisible jardin que baigne le soleil.

  4. Sagesse d’une mouette
    ----------------

    J’ai bien souvent rêvé d’une mouette subtile
    Et qui vole si haut qu’à peine on peut la voir ;
    Dans la haute atmosphère elle peut se mouvoir
    Et composer des vers en un aimable style.

    Pour évoquer ses traits, ma plume est malhabile,
    Mais j’en veux dire autant qu’il est en mon pouvoir ;
    Je ne regrette point d’avoir peu de savoir,
    Car si j’en avais trop, ça me rendrait débile.

    Qu’elle soit aussi loin, ce n’est pas triste en soi,
    Puisque mon âme l’aime et que mon coeur la voit ;
    Puis, je retiens les mots qu’elle avait su me dire.

    Aussi, quand je relis des poèmes latins,
    Je voudrais en charmer cet oiseau du matin ;
    Ce serait un bonheur, si je l’entendais rire.

Rédiger un commentaire

Renée VIVIEN

Portait de Renée VIVIEN

Renée Vivien, née Pauline Mary Tarn le 11 juin 1877 à Londres et morte le 18 novembre 1909 à Paris, surnommée « Sapho 1900 », est une poétesse britannique de langue française du courant parnassien de la Belle Époque. Renée Vivien était la fille d’une mère américaine et d’un père britannique fortuné qui mourut en 1886,... [Lire la suite]

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS