Poème 'Ballade à la louange des Roses' de Théodore de BANVILLE dans 'Trente-six ballades joyeuses'

Ballade à la louange des Roses

Théodore de BANVILLE
Recueil : "Trente-six ballades joyeuses"

Je veux encor d’un vers audacieux
Louer la fleur adorable et sanglante
Qui dit: Amour! sous l’oeil charmé des cieux;
La fleur qui semble une lèvre vivante
Et qui nous baise, et dont la couleur chante
Dans ses rougeurs un bel hymne idéal.
Par ce matin vermeil de Floréal,
Je veux chanter le calice où repose
L’enivrement du parfum nuptial.
Sur toutes fleurs je veux louer la Rose.

La Rose ouvrait son coeur délicieux.
Dans les sentiers où verdissait l’acanthe
Tu la rougis de ton sang précieux,
Reine de Cypre, ô Cypris triomphante!
La violette est sa pâle servante.
Le chaste lys près du flot de cristal
Reste épris d’elle, et n’est que le vassal
De sa splendeur suave et grandiose,
Et l’astre seul croit qu’il est son égal.
Sur toutes fleurs je veux louer la Rose.

Sans dérider le Roi silencieux,
Vivant rubis, une Rose galante
Égaye, au sein du palais soucieux,
Les cheveux blonds de la petite Infante.
Et cependant, sans voir son épouvante,
Pareil lui-même au sombre Escurial,
Son père au front livide et glacial
Se tient auprès d’une fenêtre close,
Pâle à jamais de son ennui royal.
Sur toutes fleurs je veux louer la Rose.

Envoi.

Prince, un divin poëte oriental
Chanta jadis pour son pays natal
Ma fleur de pourpre et son apothéose.
Tel, après lui, dans un chant triomphal,
Sur toutes fleurs je veux louer la Rose.

Mai 1869.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS