Poème 'Ballade pour une amoureuse' de Théodore de BANVILLE dans 'Trente-six ballades joyeuses'

Ballade pour une amoureuse

Théodore de BANVILLE
Recueil : "Trente-six ballades joyeuses"

Muse au beau front, muse sereine,
Plus de satire, j’y consens.
N’offensons pas avec ma haine
Le calme éther d’où tu descends.
Je chante en ces vers caressants
Une lèvre de pourpre, éclose
Sous l’éclair des cieux rougissants,
Ici tout est couleur de rose.

Ma guerrière a le front d’Hélène.
Son long regard aux feux puissants
Resplendit comme une phalène.
Tout est digne de mes accents :
Là, sur ces contours frémissants
Où le rayon charmé se pose,
La neige et les lys fleurissants ;
Ici tout est couleur de rose.

Quelle tendre voix de sirène,
Au soir, aux astres pâlissants
Dira la blancheur de ma reine ?
Éteignez-vous, cieux languissants !
O chères délices ! je sens
Se poser sur mon front morose
Les longs baisers rafraîchissants !
Ici tout est couleur de rose.

Que de trésors éblouissants
Et dignes d’une apothéose !
Fleurs splendides, boutons naissants,
Ici tout est couleur de rose.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Théodore de BANVILLE

Portait de Théodore de BANVILLE

Etienne Jean Baptiste Claude Théodore Faullain de Banville, né le 14 mars 1823 à Moulins (Allier) et mort le 13 mars 1891 à Paris, est un poète, dramaturge et critique français. Célèbre pour les « Odes funambulesques » et « les Exilés », il est surnommé « le poète du... [Lire la suite]

© 2016 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto