Poème 'Bivouac' de ATOS

Bivouac

ATOS

Le diadème, c’est la nuit qui le porte
comme la musique d’un vent de sable.

Il reste toujours de toi dans la lumière du jour
et j’écris au désert des montagnes
comme une pierre ouverte sur le livre des contours.

Virgule et périssable, ma main embrasse une étoile
comme tes lèvres à la première adresse du jour.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS