Poème 'Chanson de Barberine' de Alfred de MUSSET dans 'Poésies nouvelles'

Chanson de Barberine

Alfred de MUSSET
Recueil : "Poésies nouvelles"

Beau chevalier qui partez pour la guerre,
Qu’allez-vous faire
Si loin d’ici ?
Voyez-vous pas que la nuit est profonde,
Et que le monde
N’est que souci ?

Vous qui croyez qu’une amour délaissée
De la pensée
S’enfuit ainsi,
Hélas ! hélas ! chercheurs de renommée,
Votre fumée
S’envole aussi.

Beau chevalier qui partez pour la guerre,
Qu’allez-vous faire
Si loin de nous ?
J’en vais pleurer, moi qui me laissais dire
Que mon sourire
Etait si doux.

Poème préféré des membres

Nanouchkafab44 a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Une grenouille est partie à la guerre,
    Bien téméraire
    Et sans souci.
    De son amant la peine fut profonde :
    "Ma vagabonde,
    Reviens ici".

    La grenouille a remporté la victoire,
    Voici la gloire
    Sur le pavois.
    Le pauvre amant qui n'a point de nouvelles
    Se languit d'elle
    À pleine voix.

    Grenouilles, ne partez point pour la guerre,
    C'est la misère
    Pour vos amants.
    Vos chers parents auraient dû vous le dire :
    Nul mal n'est pire
    Qu'un tel tourment.

Rédiger un commentaire

Alfred de MUSSET

Portait de Alfred de MUSSET

Alfred de Musset (né à Paris le 11 décembre 1810 et mort également à Paris le 2 mai 1857) est un poète et un dramaturge français de la période romantique. Lycéen brillant, Alfred de Musset abandonne vite ses études supérieures pour se consacrer à littérature à partir de 1828-1829. Dès l’âge de 17 ans, il fréquente... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto