Poème 'Chimère' de ATOS

Chimère

ATOS

Je te parle de Chimère, de cette île que j’appelais loin de toi,
moi qui rêvais de voir tes yeux tendre leur chant sous les fenêtres du monde.

J’étais jeune et ne savais rien de ces terres
où l’on laisse glisser des mots sous la peau pour écorcher la chair.

Je pensais que beauté était réponse à de profonds mystères
et prononçais l’amour vers une flamme
qui me gardait seule au seuil d’un enfer.

J’étais jeune en cette nuit
et ne sais plus vraiment comment te dire où se trouve Chimère.

Moi, qui n’étais pas faite de ses terres, je porte en corps une île fantôme.
Des yeux sur le draps d’une chambre m’ont embrassée vers l’obscurité du monde.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2021 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS