Poème 'Clémence ou la Couleur des bleuets' de ATOS

Accueil > Les membres > Page de poésie de ATOS > Clémence ou la Couleur des bleuets

Clémence ou la Couleur des bleuets

ATOS

Ils t’ont rendu ton homme
Et, il est mort dans ton lit.

Il avait respiré l’odeur de la mort
Dans les tranchées où ils l’avaient jeté.

Comme une bête traquée
Il voulait rentrer,
Rentrer dans sa tanière pour y crever.

Ils t’ont rendu ton homme
Mais ta vie s’est inscrite sans lui.

Comme une bête blessée
Tu voulais raconter,
Raconter combien vous vous êtes aimés.
Pour ne pas oublier,
Pour tenter de pardonner.

Ils ont volé ton homme
Ils ont fauché un père
Pour faire rentrer leur blé.
Ils ont moulu le grain de ton chagrin.
Mais tu n’as jamais voulu manger de leur pain.

De celui qu’ils t’ont rendu, tu as pansé les plaies.
Ce soldat méconnu, tu as réappris à l’aimer.
Tu as respiré son dernier souffle
Dans ce lit où tu t’étais donnée.
Tu as couché les enfants fatigués,
Et tu leur as dit « Papa est rentré »

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS