Poème 'Commerce équitable' de ATOS

Accueil > Les membres > Page de poésie de ATOS > Commerce équitable

Commerce équitable

ATOS

Vraiment tu ne vois pas ?
Tu ne sens pas que l’on décroche?
On ne débat plus, silence…
Émotion !
Nos vies nos larmes et nos culottes !
Nos charmes nos vices et nos charlottes !
Les questions sont des morpions!
Ça te gratte la raison!
A l’unisson, c’est ça la mondialisation !
Alors on s’ébat en différé
On se vautre on se répand
On s’assure et ça rassure
Silence… Frémissons!
On se censure et ça sature !
Tiens un petit commerce équitable
2 mètres de linéaire en bout de table
L’honnête est à la niche !
Et la conscience bien en laisse…
Ça sous entend que tout le reste…
Nous sommes à la cour des massacres!
Alors regarde bien dans tes corns fric
T’ y trouveras pt’ être la corne de l’Afrique!
En amidon de maïs, c’est d’une éthique!
Tu te te découvres biodégradable!
Incroyable!
Alors tu deviens le maître de ta mort !
Elle a de la gueule ! Elle ne te prendra pas au dépourvu!
Chez les riches elle thésaurise.
Chez les pauvres, elle terrorise
C’est comme ça, ça ne s’invente pas!
Retiens bien la leçon,
Regarde bien le tableau !
2 mètres linéaires pour l’équitable
Et tout le reste n’est qu’effroyable !
Dis moi ton ketchup en p’tit sachet
Ne le trouves tu pas un peu trop rouge ?
C’est comme ça.. ça ne pardonnera peut être pas
Avale bien ce qu’on te donne
Avale, étouffe toi
Et je m’en fous
Rien ne te choque?
Vraiment tu ne vois pas ?
T’as inventé le tourisme bio-équitable
La belle affaire que voilà !
Regarde les gosses en bas de chez toi
Qui eux ne partiront pas
T’es toujours entrain de te plaindre
Toujours les mêmes qui en profitent
Toi tu dépenses ce que tu gagnes!
T’es un battant, mais t’es navrant
T’es charitable, t’es équitable.
T’es magnifique !
C’est formidable!!!
Totalement Épouvantable!
Tellement tout propre sur toi
Tellement stupide au fond de toi
Toi tu m’ affirmes que tu changes,
Moi je te dis que le monde s’étrangle.
Alors c’est vrai qu’en bas de chez toi,
Les rats sont complices d’un monde que tu affames,
Et comme toujours la mort les prend au dépourvu
C’est normal , c’est comme ça chez les malvenus
Quand on a jamais su vivre on se doit mourir de guingois.
L’hygiène de tes idées me pousse à ne plus pouvoir te renifler!
De guerre lasse je vais en perdre ta trace
Arrête de nous dire que tout ce que tu fais
Tu le fais bien!
Tu le fais vert, tu le fais propre, tu le fais pour tous les hommes de la terre!
Attention aux bobards ça provoque des crises de foi!
Arrête de nous dire que tu réfléchis !
C’est encore pire!
Tu manges propre – tu dors bien – tu baises propre – tu cours bien
Tu tourisme propre – Tu mea culpa bien
Tu portes bien – Tu t’éclaires propre
Tu roules bien – Tu méprises propre
Tu vis tout propre – tu marches tout droit
Tu t’économises et tu t’épargnes,
Tu nous ignorent très très bien.
Tout ça au fond de ta poche tu le sais
Ce n’est que pour ton propre bien.
Ton soleil ? Il est tout vert !
Puisque toi tu sais lire entre les lignes…
Devine…
Regarde bien dans ton Darjeeling…
Avale bien ce qu’on te donne
Avale et étouffe toi !
Le pire tu vois c’est qu’avec tout ton bien
Tu les laisses en bas avec la honte de leur malheur
De te voir si plein de toi, ça ne les aide vraiment pas.
Mais dis toi bien:
Quand ils ont soif ils boivent n’importe quoi
Quand ils ont faim ils mangent n’importe quoi
Quand ils ont froid ils suivent n’importe qui
Quand ils ont peur ils frappent n’importe qui
2 mètres de justice en bout de table
Était ce bien équitable ?
Était ce bien charitable ?
N’était ce pas pas effroyable ?
Rien ne te choque ?
Vraiment tu ne vois pas ?
Tu n’entends pas là où ça cloche?

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS