Poème 'De l’autre côté de la voie ferrée' de ATOS

Accueil > Les membres > Page de poésie de ATOS > De l’autre côté de la voie ferrée

De l’autre côté de la voie ferrée

ATOS

A l’autre côté du temps, mes mots déraillent
sur le regard de ton chant.
Mes lèvres parcourent la ligne de tes mains.
Les mots s’arrêtent.
Et mes lèvres descendent sur la chaleur de ta peau.
De l’autre côté de la voie ferrée
dans son gris bleu une ville s’aiguise
sur des talons aiguilles.
Moi ici
il n’y a rien que nos jeux
Là-bas une gare en citadine
dégrafe ses feux
le jour nous cambre dans ses mains
et à tes lèvres, moi, j’ai du ciel plein les yeux.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS