Poème 'De mer en terre' de ATOS

De mer en terre

ATOS

De mer à terre
d’outre- soi en d’autre mer.

De nos besaces mises en terre
Contre ces mers et devant soi.

De toits en d’autres terres
Au delà des pôles vers d’autres sois.

De nos partances en délivrance
A toutes nos malles en souffrance

De nos mains mises en traîne
à travers les mailles du ciel.

A la poursuite de nos chaînes
dans les couloirs de notre temps

insolitude tremblante et rugissante
projetée par le ressac de nos pensées
contre les murs de nos abris de sable.

Possibles infinis lancés aux gueules
hurlantes de nos faims,
mues sanglantes que se délient de nous
et sur lesquelles s’écrit ce qui était alors
en tout.

Gorge des écoutes
Dérives d’iris
Cendres et sirènes
Dans la course de nos veines
sous le torse lourd de l’orage.

Embarquement sur tout
connu, retenu, attendu.
espéré, redouté, approché,
refusé, rejeté, recraché
Mais à jamais ancré au plus profond de nous.

Port d’arrache des espaces
Plaine ouverte mise en approche
offerte et découverte
Défonce de toutes nos routes
Sous les averses du grand fleuve.

De mer à terre
d’outre- soi en d’autre mer.
Dans chaque autre reflété
Tant de rivages imaginés.

Au môle des accostés
songer encore se figurer.
Des grands docks des lestés,
Tenter toujours d’échapper.

Face à la mer et devant ciel,
A toute besace son épaule,
A tout rivage sa jetée.
A tout visage, son voyage.
Un chemin de mer borde la terre
et c’est le ciel qui se déroule en toi.

De toutes ces terres mises en mer
viendront mille et un autres toits
navigant sur la grande toile du ciel
Et cela, vois tu, où que tu sois.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2022 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS