Poème 'De notre armure' de ATOS

De notre armure

ATOS

Les âmes sombrent lorsque les cœurs s’abîment.
Voilà comment les corps chavirent.

Il faut à l’esprit chasser les vautours de son destin
et de toute sa force reprendre la vie entre ses mains.

Un cœur lassé perd vite le goût de se battre.
L’esprit a le pouvoir de lui rendre ses armes.

En reconsidérant les choses sur une même grandeur
un cœur ne reconnaît plus la valeur d’une âme.

Tout est égal sur la balance de l’oubli.

« le mal que je te donne vaut celui que tu me rendras. »
« Le bien que je te refuse vaut celui tu me retireras. »
« Un manque vaut une absence »

Pour une route, un puits, pour un profit
Tout est égal sur la balance de la folie.

Les âmes meurent lorsque les cœurs renoncent.
Voilà comment le corps d’un peuple sombre dans l’oubli.

En reconsidérant les choses à la hauteur de l’homme,
rien ne peut égaler la vie.
Voilà la seule arme que l’on doit toujours garder à l’esprit.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS