Poème 'Depuis qu’on m’a donné licence d’espérer…' de Théophile de VIAU dans 'Œuvres poétiques - Première partie'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Théophile de VIAU > Depuis qu’on m’a donné licence d’espérer…

Depuis qu’on m’a donné licence d’espérer…

Théophile de VIAU
Recueil : "Œuvres poétiques - Première partie"

Depuis qu’on m’a donné licence d’espérer,
Je me trouve obligé d’aimer ma servitude;
Je n’accuserai plus Cloris d’ingratitude,
Puisqu’elle me permet l’honneur de l’adorer.

Je crois qu’après cela tout me doit prospérer,
Que mon amour sera franc de sollicitude,
Et que le sort humain n’a point d’inquiétude
Dont mes félicités se puissent altérer.

J’espère désormais de vivre sans envie
Parmi tous les plaisirs que peut donner la vie:
Je vois mes plus grands maux entièrement guéris.

Mon âme, moque-toi des feux que tu soupires;
J’espère des trésors, j’espère des empires,
Et si n’espère rien que de servir Cloris.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Théophile de VIAU

Portait de Théophile de VIAU

Théophile de Viau, né entre mars et mai 1590 à Clairac et mort le 25 septembre 1626 à Paris, est un poète et dramaturge français. Poète le plus lu au XVIIe siècle, il sera oublié suite aux critiques des Classiques, avant d’être redécouvert par Théophile Gautier. Depuis le XXe siècle, Théophile de Viau est défini... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto