Poème 'Dans son sein à elle' de CathyVole

Accueil > Les membres > Page de poésie de CathyVole > Dans son sein à elle

Dans son sein à elle

CathyVole

La ville a chaud: tous ses habitants assemblés
Forment les maillons de son coeur

Comme jamais, ils sont restés
Cousus à leur quartier, dans son sein à elle

Les voilà comme des fleurs naissant des pavés
Guidés par le soleil d’un printemps trop ardent

Pour l’heure. Alors, pour ne pas les perdre
Elle leur donne tout, sa chair, son âme, son sang

Emue par leur présence
Elle offre à ses enfants des vacances de pauvres

De ses maisons, de ses cours, de ses talus, de ses parterres
Elle ne garde rien, elle n’épargne rien

Elle veille à ce qu’en ses entrailles
Ses enfants qui ne sont que voisins forment une même famille

La sienne. Même s’ils se connaissent peu
Ils l’ont en commun elle, leur mère, leur patrie, et peut-être leur amie

Elle s’émeut d’ailleurs de les voir attentifs
A ses rues oubliées qu’ils redécouvrent seuls

Empêchés de partir pour arrêter l’épidémie
Ils réapprennent à vivre lentement, patiemment

Un peu comme leurs aïeuls ceux qui vivaient cloitrés
Et n’avaient qu’une demeure

Mais les temps ont changé.
De sous son marais, de sus ses clochers

Elle les regarde tourner, penser, mourir.
Beaucoup meurrent.

D’autrent courrent. En ses murs, tant de vies
Confinées dans la peur et l’ennui cherchent une porte

Que veulent-ils donc fuir?
Sous son couvre-lit de silence doucement elle respire

Comme elle le fit toujours
Distillant leurs désirs et filtrant leurs malheurs

Elle repire pour qu’en elle s’accomplisse
L’ancestrale alchimie

Qui renouvellera ses forces
Et sauvera ses couleurs

Cathy De Plée – Bruxelles, Avril 2020

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS