Poème 'D’un bateau blanc' de ATOS

Accueil > Les membres > Page de poésie de ATOS > D’un bateau blanc

D’un bateau blanc

ATOS

Vous comptez en corps les rochers de leur tombes.
Endormi sous le ventre des fleurs
leur verbe vous profane.
Il méprise l’éternité de vos pleurs.

Lisez leur nom et inscrivez même vos dates.
Que voyez vous ?

ils ont l’esprit des sables et la danse d’un fleuve
il ne sont pas de cette nuit où vous écrivez de vos jours

ils parlent l’Idéal
qu’entendez vous au langage de l’étoile ?
que respirez vous à la grille de vos stèles ?
Tremblant de vos hivers vous récitez leurs vers.

Mais ils dressent les festins de l’Ivresse.
Et maitrisent leur extase.

Que croyez vous ?
Qui implorez vous ?
Ne les priez pas à genoux.
Les rochers sont des pierres
contre lesquelles butent vos larmes de cailloux.

C’est l’univers qui s’adresse à vous
et vous comptez et soupirez encore
les croyant morts
dans vos têtes de fous.

Cénotaphe de Baudelaire par José de Charmoy - Cimetière du Montparnasse - Paris

Cénotaphe de Baudelaire par José de Charmoy - Cimetière du Montparnasse - Paris

Poème préféré des membres

Loic a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2021 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS