Poème 'En Somme' de ATOS

En Somme

ATOS

La voile attrape une étoile
C’est un œil qui confond la lune et le temps.
——–

La mouche folle inspecte une pêche morte.
L’ombre est repue.
—————

Un grain de pierre au pied de la falaise
C’est un chemin qui parle en poussière

—————
Des tas de sable, des mers à boire, des océans d’espoirs,
et une poignée de cendres à la porte du soir.

——————

Filets de vagues
entre peine des algues
la mer retrousse ses linges de soie
Deux plis noirs au bleu de ses bras.

—————-

Le chat noir sur un seau blanc
la rue sèche
profondément

————

Des chardons qui s’accrochent aux nuages,
et le jour se gratte la tête.

————-

Le coq tourne la tête
le jour tempête et la ville radote.
Dans le fond, on dort toujours au nord.

———————–

Un croc de ferraille penché sur un oursin de paille
et revoilà juillet dans le pétrin !

———————

Une ombre pourpre dans la vasque des sables.
La vague rase son visage.

————–

Bien tenir faite au levant
grande lessive de goéland !

——————-

D’un trait, j’ai bu un grand vers blanc dans l’opale des vents.
C’est dans ce palais de craie
que j’ai vu tes yeux me ressembler.

——————-

Deux vaches regardent marcher les nuages
Elles entendent tous ceux qui passent
et broutent tout ce qu’elles mangent.
C’est confondant.

————————

Un soleil passe sa lumière sous l’océan.
Silence, c’est la barque qui caresse ses flancs.

——————–

Penser ton nom en un souffle seconde
et te laisser grandir à en remplir le monde.

—————

Ses clés jetées au caniveau,
il n’avait plus que son bateau sur les eaux.

—————————–

C’est la confiance qui porte la mouette
Le reste fait trompette

———————

Les petites maisons de brique ont des idées de châteaux de sable.
C’est un glissement de terrain vagues sur une toile cirée de mauvais temps.

———————————

Je sais les mots que contiennent tes mains,
mais j’ignore ce mal qui te tient.

——————————
Cette femme qui marche sous la pluie, c’est le début de l’histoire.
Et dire que c’était la fin c’est parler sans jamais oser lui écrire.

—————————————
D’un long cil blanc à cernes noires, une femme nénuphar traverse l’océan.

——————————–

Il bouclait au front de cette digue comme un sourire de vieux carton.

———————-

le ciel rougit rien qu’en y plongeant

—————————

Poème préféré des membres

Loic a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS