Poème 'Encor que toi, Diane, à Diane tu sois' de Etienne JODELLE dans 'Les Amours'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Etienne JODELLE > Encor que toi, Diane, à Diane tu sois

Encor que toi, Diane, à Diane tu sois

Etienne JODELLE
Recueil : "Les Amours"

Encor que toi, Diane, à Diane tu sois
Pareille en traits, en grâce, en majesté céleste,
En coeur, et haut, et chaste, et presqu’en tout le reste
Fors qu’en l’austérité des virginales lois,

La riche et rare fleur, qu’en tout ton corps tu vois,
Ton enbonpoint, ta grâce, et ta vigueur atteste,
Que puis qu’un autre hymen a dénoué ton ceste
Virginal, en veuvage envieillir tu ne dois.

Que donc l’an nouveau t’offre un époux qui contente
De tes valeurs la France, et d’amours ton attente :
D’un tel vœu je t’étrenne, et si ton nom si bien

Ne te convient alors, toi qui n’es pas moins belle
Que Vénus, prends son nom, et le mêlant au tien
Fais que Dione ensemble et Diane on t’appelle.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Message trouvé quelque part
    --------------------------------

    Toi qui liras ces mots, supposons que tu sois
    D’accord pour découvrir un village céleste
    (Avec sa librairie, sa taverne, et le reste),
    Du présent univers oublie d’abord les lois.

    Cesse de contempler le décor que tu vois,
    Mais sois le scribe ancien, qui gratte un palimpseste
    Pour franchir le miroir ; puis alors, j’en atteste,
    Tu parviendras au but, ainsi que tu le dois.

    Si d’un pareil séjour, ton âme se contente,
    Ne laisse pas longtemps tes proches dans l’attente,
    Invite-les sur place, ils s’y trouveront bien.

    Dans ce monde étonnant, vos journées seront belles,
    Chaque matin portant quelque douceurs nouvelles :
    Viens donc, toi qui lis ça, ce village est le tien.

Rédiger un commentaire

Etienne JODELLE

Portait de Etienne JODELLE

Étienne Jodelle, né en 1532 à Paris où il est mort en juillet 1573, est un poète et dramaturge français. Membre de la Pléiade, il s’efforça d’en appliquer les principes à l’art théâtral. Il fut le premier à utiliser l’alexandrin dans la tragédie. Il apparaît comme un précurseur de la tragédie à... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto