Poème 'Vous, ô Dieux, qui à vous presque égalé m’avez' de Etienne JODELLE dans 'Contr'amours'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Etienne JODELLE > Vous, ô Dieux, qui à vous presque égalé m’avez

Vous, ô Dieux, qui à vous presque égalé m’avez

Etienne JODELLE
Recueil : "Contr'amours"

Vous, ô Dieux, qui à vous presque égalé m’avez,
Et qu’on feint comme moy serfs de la Cyprienne :
Et vous doctes amans, qui d’ardeur Delienne
Vivans par mille morts vos ardeurs écrivez :

Vous esprits que la mort n’a point d’amour privez,
Et qui encor au frais de nombre Elysienne
Rechantans par vos vers vostre flamme ancienne,
De vos Palles moitiez les ombres resuivez :

Si quelquesfois ces vers jusques au ciel arrivent,
Si pour jamais ces vers en nostre monde vivent,
Et que jusqu’aux enfers descende ma fureur,

Apprehendez combien ma haine est equitable,
Faites que de ma faute ennemie execrable
Sans fin le ciel, la terre, et l’enfer ait horreur.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Etienne JODELLE

Portait de Etienne JODELLE

Étienne Jodelle, né en 1532 à Paris où il est mort en juillet 1573, est un poète et dramaturge français. Membre de la Pléiade, il s’efforça d’en appliquer les principes à l’art théâtral. Il fut le premier à utiliser l’alexandrin dans la tragédie. Il apparaît comme un précurseur de la tragédie à... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto