Poème 'Je m’étoy retiré du peuple, et solitaire' de Etienne JODELLE dans 'Contr'amours'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Etienne JODELLE > Je m’étoy retiré du peuple, et solitaire

Je m’étoy retiré du peuple, et solitaire

Etienne JODELLE
Recueil : "Contr'amours"

Je m’étoy retiré du peuple, et solitaire
Je tachoy tous les jours de jouir sainctement
Des celestes vertus, que jadis justement
Jupiter retira des yeux du populaire.

Ja les unes venoyent devers moy se retraire,
Les autres j’appelloy de moment en moment
Quand l’amour traistre helas! (las trop fatalement)
Ce fut, ô ma Pandore, en mall’heure me plaire :

Je vy, je vins, je prins, mais m’assurant ton vaisseau,
Tu vins lacher sur moy un esquadron nouveau
De vices monstrueux, qui mes vertus m’emblerent.

Ha ! si les Dieux ont fait pour mesme cruauté
Deux Pandores, au moins que n’as-tu la beauté,
Puis que de tout leur beau la premiere ils comblerent !

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Mouche ermite
    ------------------

    Que de sagesse elle eut, la mouche solitaire !
    Je la vois immobile et priant saintement
    Par céleste vertu, car le Ciel justement
    En a, dit-on, pourvu cette âme débonnaire.

    Nul arôme gourmand ne la viendra distraire,
    Sa timide oraison lui prend un long moment ;
    Je ne vais pourtant pas vous en faire un roman,
    Je sais d’autres sujets qui pourraient mieux vous plaire.

    Je sais aussi parler de châteaux, de vaisseaux,
    Du zèbre galopant, des poissons du ruisseau,
    De Roncevaux où tant de preux se rassemblèrent...

    Mais je veux te chanter, mouche sans cruauté
    Qui du vaste Univers exaltes la beauté,
    Et le pouvoir des dieux qui tes désirs comblèrent.

  2. Bélier du Seigneur Azazel
    ----------

    Les prêtres m’ont offert au démon solitaire,
    Ils disent qu’ils l’ont fait pour agir saintement ;
    Je risque de subir de mauvais traitements,
    Lesquels, précisément ? cela reste un mystère.

    Ils n’osent affronter ce cruel adversaire,
    N’ayant aucune armée, ni même un régiment ;
    Ils suivent donc leur Loi, l’étrange document
    Qu’en cadeau de départ ils me dédicacèrent.

    Oh ! J’aimerais m’enfuir à bord d’un grand vaisseau,
    Et peu m’importeraient des vagues les assauts ;
    Je voudrais m’éloigner du diable sanguinaire.

    Victime de sa rage et de sa cruauté,
    Des chevrettes je vais regretter la beauté,
    Elles par qui mes jours parfois s’illuminèrent...

Rédiger un commentaire

Etienne JODELLE

Portait de Etienne JODELLE

Étienne Jodelle, né en 1532 à Paris où il est mort en juillet 1573, est un poète et dramaturge français. Membre de la Pléiade, il s’efforça d’en appliquer les principes à l’art théâtral. Il fut le premier à utiliser l’alexandrin dans la tragédie. Il apparaît comme un précurseur de la tragédie à... [Lire la suite]

© 2022 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS