Poème 'Enfin, puisque c’est Sa demeure' de Paul-Jean TOULET dans 'Contrerimes'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Paul-Jean TOULET > Enfin, puisque c’est Sa demeure

Enfin, puisque c’est Sa demeure

Paul-Jean TOULET
Recueil : "Contrerimes"

-  » Enfin, puisque c’est Sa demeure,
Le bon Dieu, où est-Y ?  »
-  » Chut, me dit-elle : Il est sorti,
On ne sait à quelle heure.  »

 » Et de nous tous le plus calé
Je dis : Satan lui-même,
Ne sait en ce désordre extrême
Où diable Il est allé. « 

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Commandement de scepticisme
    ---------------------------------------------

    Tu ne mettras point en demeure
    Ton Dieu, ni au défi
    De se montrer au nid,
    Que ce soit tard ou de bonne heure.

    Tu ne devras point déballer
    Ses secrets de famille,
    Ses trucs, ses pacotilles ;
    Même si c'est mal installé.

Rédiger un commentaire

© 2016 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto