Poème 'FOG' de ATOS

FOG

ATOS

Jambe fumée déroule son corps noir.
Arbre de mains plie sous un rideau d’écume.
Lac sourire à sa langue de vue.
Poutre corset dans le ventre tambour.
L’œil d’émail dans un talon miroir.
Apnée de mot pendu au silence des lustres.
Minuit dévoile le jour de sa peau.

Poème préféré des membres

Loic a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS