Poème 'Fuite' de PhulanKile

Fuite

PhulanKile

Pauvre je(u) solitaire
tu n’es qu’un de plus
juste un peu plus grégaire
fuyant sa connerie peut être chez les russes
peut être … peut être…
JE doit oublier
Je dois me sacrifier
pour écrire mes intestins
…Comme si le monde n’y pouvait rien
Et nous étions tout chose.

Il y a de multiples réalités
la sienne intime
celles des autres tout autant intimes
Celle que nos relations créent.

Il y a de multiples vérités
la sienne propre
et…et…et…etc.

***

Mon problème est de connaître, savoir, à quel titre je prends la parole (car JE vis) et en plus pourquoi j’emploie ce médium, à la place d’un autre… Qui a fait un Victor Hugo ? Y en a-t-il eut qu’un ? Pourquoi moi plus qu’un autre ? Pourquoi je dois vivre une telle vie si je ne fais rien ?
C’est que la réalité est réelle, simple confrontation d’être perçue par une simple perception; comment pouvoir parler des perceptions d’autrui… quelle maladie a attaqué tout le monde ?
Je parle pour un peuple, je parle pour moi, je parle pour un sentiment éprouvé mis en médiation avec la réalité. (Mon corps est mon premier médium) La complexité s’intensifiera toujours, j’écris donc pour ceux qui, futurs, poseront les questions.
Je me disculpe pour ceux d’ici, de mon temps !
Je parle à ceux qui poseront les questions…
Il n’y en aura aucun, sans éducation,
et moi me heurtant à l’utopiste météore
tout n’est que patchwork bleuté
incompréhensible aux autres…

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS