Poème 'Hélène' de Théodore de BANVILLE dans 'Les princesses'

Hélène

Théodore de BANVILLE
Recueil : "Les princesses"

Mais ce qui est plus vray semblable en ce cas, et qui est tesmoigné par plus d’auteurs, se fit en ceste sorte : Theseus et Pirithous s’en allerent ensemble en la ville de Lacedemone, là où ils rauirent Hélène estant encore fort ieune, ainsi comme elle dansoit au temple de Diane, surnommée Orthia : et s’en fuyrent à tout.
Plutarque, Theseus. Trad. Jacques Amyot.

Hélène a dix ans ; l’or de sa tête embrasée
Baigne son col terrible et fier comme une tour.
Grande ombre, dans la nuit elle rugit d’amour,
Près d’elle un dur chasseur marche dans la rosée.

Elle ouvre au clair de lune, ainsi qu’une épousée,
La pourpre où de son sein brille le blanc contour,
Et les tigres font voir aux petits du vautour
La fille de Tyndare éprise de Thésée.

Mais près de l’Eurotas aux flots mélodieux
Ils passent, chevelus et forts comme des Dieux.
« O tueur de lions, dit la princesse blonde,

Guerrier toujours couvert de sang, tu dormiras
Sur mon sein ; porte-moi dans la forêt profonde. »
Et le jeune héros l’emporte dans ses bras.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Théodore de BANVILLE

Portait de Théodore de BANVILLE

Etienne Jean Baptiste Claude Théodore Faullain de Banville, né le 14 mars 1823 à Moulins (Allier) et mort le 13 mars 1891 à Paris, est un poète, dramaturge et critique français. Célèbre pour les « Odes funambulesques » et « les Exilés », il est surnommé « le poète du... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto