Poème 'Il est dans l’île lointaine' de Théodore de BANVILLE dans 'Odelettes'

Il est dans l’île lointaine

Théodore de BANVILLE
Recueil : "Odelettes"

Il est dans l’île lointaine
Où dort la péri,
Sur le bord d’une fontaine,
Un rosier fleuri

Qui s’orne toute l’année
Des plus belles fleurs.
Il est une coupe ornée
De mille couleurs,

Dont le sein de marbre voile
Les flots d’un doux vin.
Il est une blanche étoile
Au rayon divin,

Qui verse de blanches larmes
Au coeur des lys blancs.
Il est un seuil, plein de charmes
Pour mes pas tremblants,

Où je vais poser ma tête
Pour me reposer.
Il est un jardin en fête
Plus doux qu’un baiser,

Qui le soir, au clair de lune,
Tressaille embaumé,
C’est ton front, ta tresse brune,
Ta lèvre, ô Fatmé !
Juin 1847.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Théodore de BANVILLE

Portait de Théodore de BANVILLE

Etienne Jean Baptiste Claude Théodore Faullain de Banville, né le 14 mars 1823 à Moulins (Allier) et mort le 13 mars 1891 à Paris, est un poète, dramaturge et critique français. Célèbre pour les « Odes funambulesques » et « les Exilés », il est surnommé « le poète du... [Lire la suite]

© 2016 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto