Poème 'In Extremis' de Léon DIERX dans 'Poèmes et poésies'

In Extremis

Léon DIERX
Recueil : "Poèmes et poésies"

Son nom ? — Tu veux savoir s’il fut illustre ou non ?
Eh bien, je ne sais pas ! Que peut te faire un nom !
Personne sur son front n’inscrit le nom qu’il porte !
C’était un homme, avec un nom. Mais que t’importe ?
— Sa race ? — Laissons là, crois-moi, tous ses aïeux !
L’âme de bien des morts tressaillait dans ses yeux ;
Mais la sienne, à coup sûr, l’obsédait davantage.
C’était un homme, avec un très riche héritage
De désirs obstinés dans leur espoir têtu,
D’âmes vieilles pesant sur son âme, entends-tu !
Quant à l’autre blason qu’une race confère,
Il ne le montrait pas, et tu n’en as que faire.
— Sa patrie ? — Insensé ! Quelle est-elle ici-bas ?
Lequel nous appartient le plus, des deux grabats
Où la vie ouvre et ferme à son gré sa spirale,
Du premier où l’on crie, et de l’autre où l’on râle ?
La patrie ! Est-ce un champ ? Une île ? Un astre entier ?
Né dans un large lit, ou né dans un sentier,
C’était un homme avec la terre pour patrie,
Ou pour exil ; un homme avec l’âme meurtrie !
— Son âge ? — En sauras-tu plus long, si je le dis ?
Ah ! Le vieillard traînant ses membres engourdis,
Souvent, plus que le corps, a le cœur lourd d’années,
Et l’esprit éperdu sous les heures damnées
Plus encor que le cœur ! Vois ! Cherche son regard,
Et lis, si tu le peux, dans un rayon hagard,
Sous le double fardeau de l’angoisse amassée
Laquelle a plus vieilli, la chair ou la pensée !
Et quand le corps enfin a fait son dernier pas,
Il aspire au repos éternel, mais non pas
L’âme encor préparée aux étreintes futures !
C’était un homme, avec d’innombrables tortures
Dans la poitrine, et qui se couchait gravement,
Pour mourir, sous un ciel au louche flamboiement.
— Où donc ? Dans quel pays ? Dans quel siècle ? — Tu railles !
As-tu peur de mourir loin de quatre murailles,
Sans amis, sans parents, sans pleurs, abandonné ?
Et quand ton heure à toi de même aura sonné,
Me demanderas-tu, réponds, quelle frontière
Creusera ton sépulcre, et dans quel cimetière ?
Dans quel siècle, as-tu dit ? Va ! Le malheur est vieux !
Et comme hier, demain, l’invisible envieux,
Toujours multipliant ses noires fantaisies,
Saura fouiller les flancs des victimes choisies.
Tant qu’il lui restera quelque hochet vivant,
Va ! Le malheur toujours sera jeune et savant !
C’était un homme, avec ses luttes infinies,
Jouet depuis longtemps des lentes agonies,
Et qui, seul, une nuit, sur le dos renversé,
Râlait au coin d’un bois, au bord d’un dur fossé,
Sans prière, sans plainte aussi, les membres roides,
Et les yeux grands ouverts au fond des brumes froides !
Il suffit. Et la mort dans ses veines filtrait.
Mais avant d’expirer, voilà que, tout d’un trait,
Il revit devant lui passer l’horrible drame
De ses jours dont l’enfer avait tissé la trame.
Alors il dit : « Soyez demain plus odieux ;
» J’ai le rêve et l’orgueil ; je vous pardonne, ô dieux ! »

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Léon DIERX

Portait de Léon DIERX

Léon Dierx, né à Saint-Denis de La Réunion le 31 mars 1838 et mort à Paris le 12 juin 1912, est un poète parnassien et peintre académique français. Léon Dierx naît dans la villa de Saint-Denis aujourd’hui appelée villa Déramond-Barre, que son grand-père a rachetée en 1830. Il y vit jusqu’en 1860, année de son... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto