Poème 'La Prison' de Léon DIERX dans 'Poèmes et poésies'

La Prison

Léon DIERX
Recueil : "Poèmes et poésies"

Comme les hauts piliers des vieilles cathédrales,
Ô rêves de mon cœur, vous montez ! Et je vois
L’ancien encens encore endormir ses spirales
À l’ombre de vos nefs, ô rêves d’autrefois !

Comme un orgue dompté par des mains magistrales,
Ô ma longue douleur ! Je t’écoute ; et ta voix
Murmure encor l’écho des plaintes et des râles
Que j’ai depuis longtemps étouffés sous mes doigts !

— Allons ! Prêtre enfermé qui saignas sous l’insulte,
N’as-tu pas renié ton église et ton culte,
Et brisé l’encensoir aux murs de ta prison ?

Debout ! étends les bras sans fermer les paupières !
Qu’ils croulent, ces arceaux dont tu sculptas les pierres,
Dût leur poids t’écraser du coup, comme Samson !

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Léon DIERX

Portait de Léon DIERX

Léon Dierx, né à Saint-Denis de La Réunion le 31 mars 1838 et mort à Paris le 12 juin 1912, est un poète parnassien et peintre académique français. Léon Dierx naît dans la villa de Saint-Denis aujourd’hui appelée villa Déramond-Barre, que son grand-père a rachetée en 1830. Il y vit jusqu’en 1860, année de son... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto