Poème 'Je jure le jour et la nuit…' de Théophile de VIAU dans 'Œuvres poétiques - Première partie'

Je jure le jour et la nuit…

Théophile de VIAU
Recueil : "Œuvres poétiques - Première partie"

Je jure le jour et la nuit
Et la froide horreur de la nuit
Où la tristesse me convie,
Que le temps de mon amitié
Doit plus durer de la moitié
Que ne fait celui de ma vie.

Après que mon suprême jour
M’aura porté dans le séjour
Des âmes mieux favorisées,
Mon âme versera des pleurs
Qui feront naître mille fleurs
Dans les campagnes Elysées.

Ce doux et ce poignant souci;
Le même qui me touche ici,
Revivra dans mon âme morte,
Et les esprits qui me verront,
Approchant mon feu jureront
Qu’ils n’en ont point vu de la sorte.

Après moi d’un amour flatteur
Quelque infidèle serviteur
Surprendra tes désirs novices,
Et tu n’as point assez de foi
Pour permettre que mes services
Te fassent souvenir de moi.

Je te conjure par tes yeux
Que j’aime, et que j’honore mieux
Ni que le ciel ni que la terre,
Tôt ou tard de t’en repentir:
Car le ciel te ferait sentir
Quelque pointe de son tonnerre.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Théophile de VIAU

Portait de Théophile de VIAU

Théophile de Viau, né entre mars et mai 1590 à Clairac et mort le 25 septembre 1626 à Paris, est un poète et dramaturge français. Poète le plus lu au XVIIe siècle, il sera oublié suite aux critiques des Classiques, avant d’être redécouvert par Théophile Gautier. Depuis le XXe siècle, Théophile de Viau est défini... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto