Poème 'Je te l’ai dit pour les nuages' de Paul ÉLUARD dans 'L'Amour la poésie'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Paul ÉLUARD > Je te l’ai dit pour les nuages

Je te l’ai dit pour les nuages

Paul ÉLUARD
Recueil : "L'Amour la poésie"

Je te l’ai dit pour les nuages
Je te l’ai dit pour l’arbre de la mer
Pour chaque vague pour les oiseaux dans les feuilles
Pour les cailloux du bruit
Pour les mains familières
Pour l’œil qui devient visage ou paysage
Et le sommeil lui rend le ciel de sa couleur
Pour toute la nuit bue
Pour la grille des routes
Pour la fenêtre ouverte pour un front découvert
Je te l’ai dit pour tes pensées pour tes paroles
Toute caresse toute confiance se survivent.

Poème préféré des membres

maelia, ManoaM, Nanouchkafab44, Eric25 et karo02 ont ajouté ce poème parmi leurs favoris.

Commentaires

  1. j'aime ce poème....

  2. j'aime bien ce poème pour son contenu mais aussi pour cette façon qui consiste à commmencer chacun des vers par la même expression....
    C'est un exercice d'imagination propice à la réécriture.

  3. Ce poème me raconte comme la vie du monde, par sa beauté des sens et son héritage, persiste toujours après la mort. C'est pourquoi on dit d’elle, qu'elle est immortelle.

  4. Château qui plane
    ------------------------

    Un ciel de gueules, sans nuages :
    Un château planant sur la mer,
    Sur la plaine aux feuillages verts,
    Sur la friche aux pâles herbages.

    Le pilote est un troll rêveur
    Qui veut trouver l'azur de France
    Au terme de sa longue errance
    À bord du château-dériveur.

    Il s'en va, par le ciel sans routes,
    Guettant l'éclat de la fleur d'or ;
    C'est le grand silence, au-dehors,
    Le troll le savoure et l'écoute.

  5. Quand on t'offre ce poème avec pour commentaire:

    En souvenir de ces quatre jours inoubliables, de tout mon coeur, je t'aime..

  6. Arboripisciculture
    ------------------

    L’arbre surgit de l’eau dans une clarté grise ;
    Un poisson vient danser dans l’aurore qui luit,
    Vainement poursuivant un insecte qui fuit.
    La sirène a rêvé d’une lointaine église.

    Arbre, insecte, poisson, ils ne font aucun bruit,
    La sirène d’ailleurs en est un peu surprise ;
    Contemplant longuement une vague qui frise,
    Elle retrouve un peu des rêves de la nuit.

    Les oiseaux migrateurs passeront tout à l’heure,
    Étant sur le chemin de leur autre demeure,
    Sauf, bien évidemment, ceux qui ont trépassé.

    Non loin de cette plage est un froid cimetière
    Où peut-être, un errant repose un corps lassé,
    Tu nous offres tout ça, planète hospitalière.

Rédiger un commentaire

Paul ÉLUARD

Portait de Paul ÉLUARD

Paul Éluard, de son vrai nom Eugène Émile Paul Grindel (14 décembre 1895 à Saint-Denis – 18 novembre 1952 à Charenton-le-Pont ), est un poète français. C’est à l’âge de vingt et un ans qu’il choisit le nom de Paul Éluard, hérité de sa grand-mère, Félicie. Il adhère au dadaïsme et est l’un des... [Lire la suite]

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS