Poème 'Paris pendant la guerre' de Paul ÉLUARD dans 'Nouveaux Poèmes'

Paris pendant la guerre

Paul ÉLUARD
Recueil : "Nouveaux Poèmes"

Amoureux d’une statue.

Les bêtes qui descendent des faubourgs en feu,
Les oiseaux qui secouent leurs plumes meurtrières,
Les terribles ciels jaunes, les nuages tout nus
Ont, en toute saison, fêté cette statue.

Elle est belle, statue vivante de l’amour.
Ô neige de midi, soleil sur tous les ventres,
Ô flammes du sommeil sur un visage d’ange
Et sur toutes les nuits et sur tous les visages.

Silence. Le silence éclatant de ses rêves
Caresse l’horizon. Ses rêves sont les nôtres
Et les mains de désir qu’elle impose à son glaive
Enivrent d’ouragans le monde délivré.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. J ai besoin d un resume de ce poeme et d un plan de commentaire

  2. Pour resumer, le poème <> montre juste dans un premier temps le côté monstrueux des hommes en période de guerre cela est perceptible à travers les deux premiers vers et dans un second temps la nécessité qu'à l'homme à avoir une femme à côté de lui car elle a un côté persuasif

  3. Quelles sont les marques de la subjectivité de l'énonciation svp?

Rédiger un commentaire

Paul ÉLUARD

Portait de Paul ÉLUARD

Paul Éluard, de son vrai nom Eugène Émile Paul Grindel (14 décembre 1895 à Saint-Denis – 18 novembre 1952 à Charenton-le-Pont ), est un poète français. C’est à l’âge de vingt et un ans qu’il choisit le nom de Paul Éluard, hérité de sa grand-mère, Félicie. Il adhère au dadaïsme et est l’un des... [Lire la suite]

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS