Poème 'Jean du voyage' de ATOS

Jean du voyage

ATOS

Oh Jean ,
Jean du voyage
mon enfant, mon petit
toi qui es sur cette route sur laquelle tu marchais
cette route que tu sais
cette route que je connais

Oh Jean
je voudrais te dire tant de choses

Je veux croire à la promesse des mots
parce que je crois à l’urgence du Chemin
Oh, Jean du voyage
Serrons nous les mains

O gens,
Jean du voyage
à tous les gens du voyage

je tiens en ma mémoire toute l’horreur
de ce que ces chiens nous on fait
Oh Jean je tiens à ton libre voyage
je crois à l’étoile de la route
je crois aux rayons de lumière qui ouvrent les portes du monde
Oh Jean, , mon brave Jean,
mon tendre, mon fou, mon vagabond,
mon cavalier impertinent, mon oiseleur,
mon errant, ma douceur, ma jeunesse,
ma musique, mon espoir.
Mon feu, ma demeure, mon poème,

Oh Jean,
Jean du Voyage
Mon enfant si fort, si grand,
toi qui es en marche
je ne fermerai pas les yeux
Je te regarde et te vois t éloigner
Oh Jean , Jean du voyage
prends soin de cette route,
qu’il me soit donné un peu de cet Espoir

Oh Jean moi qui croyais pouvoir te dire tant de choses…
et je te vois porter au monde ce jour
et en chaque possible là- bas
toujours le faire naître.

Oh, Jean du voyage
et tous les gens du monde
puisqu’il nous faut nous mettre en marche
Serrons nous les mains.

« Avant Dunes (82), Tulle (19) et Oradour-sur-Glane (87), la division «Das Reich» a semé la mort dans un petit vallon de Saint-Sixte tuant 14 personnes dont six enfants.
Une sculpture de Serge Carvalho, en acier inoxydable, rappelle à toutes et tous ces crimes.
Le jeudi 23 juin 2016, 62 ans après, jour pour jour, le massacre de 14 innocents,
devoir de mémoire enfin acté. »

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS