Poème 'Jeune homme' de Théodore de BANVILLE dans 'Dans la fournaise'

Jeune homme

Théodore de BANVILLE
Recueil : "Dans la fournaise"

Il se traînait, pâle et sans voix,
Lui, jadis hardi comme un page.
Quoi! dis-je, c’est toi que je vois,
O vainqueur, dans cet équipage!

Peu soucieuse de l’affront,
Sa blouse n’était pas coquette,
Et sur la blancheur de son front
Pendait une molle casquette.

Fagoté comme un vil paquet,
Mal culotté lui-même et veule,
Cet analyste se piquait
De culotter son brûle-gueule.

Puis il était soûl, lui divin,
Mêlant dans sa bouche ravie
Les sinistres hoquets du vin
Et les vapeurs de l’eau-de-vie.

Quoi! dis-je, c’est toi, chaste fils
De la guerrière aux yeux de flamme,
Qui triomphais, et qui jadis
Ouvrais tes ailes, comme une âme!

Oui, c’est bien moi, répondit-il,
Que tu vois blême et taciturne.
Désormais je trouve subtil
De flâner sous l’azur nocturne.

On m’accueillait dans les salons
Qu’une folle brise parfume,
Bah! les boulevarts sont plus longs,
Bien aérés, et l’on y fume.

Le milieu sans doute prévaut;
J’en fis toujours ma coqueluche,
Car je sais très bien ce que vaut
Une femme dans la peluche.

Doux et timide, enfant encor,
Dans la turbulente Cythère
Je faisais traîner mon char d’or
Par la tigresse et la panthère.

J’aimai, sous leur petit manteau
Que le zéphyr caresse et bouge,
Les grandes femmes que Watteau
Dessine avec son crayon rouge,

Puis, avec le soulier verni
Et le sémillant bas de soie,
Les charmeuses de Gavarni,
Folles de tristesse et de joie.

Mais quoi! n’étant plus un rieur!
Je suis les ombres clandestines
Du boulevart extérieur,
Où fourmillent tant de bottines.

Car, poëte, il n’est pas besoin
D’un pardessus garni de martre
Pour plaire, quand on n’est pas loin
De la colline de Montmartre.

A Paris, où l’on n’ose pas
Me chicaner sur mon costume
Je me promène à petits pas
Sur un long trottoir de bitume.

Des femmes à l’esprit ouvert,
Qui me prennent sans étiquette,
Me caressent comme Vert-Vert,
Et moi, j’adore ma casquette.

Sur ma chevelure de feu
Tombe cet ornement futile
Et je suis l’Amour, ancien dieu,
Maintenant jeune homme inutile.

9 décembre 1890.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Trois lunes d'hermine
    ------------------------

    Lunes sur un monde sans voix,
    La nuit les admirent les pages ;
    Le premier d'entre eux qui les voit
    Les annonce à tout l'équipage.

    Pour eux, ce serait un affront,
    D'ignorer ces lunes coquettes,
    Aucun d'entre eux n'aurait le front
    De leur préférer des comètes ;

    Les comètes vont par paquets
    Alors que chaque lune est seule,
    Les unes sont pour les laquais,
    Les autres pour les fines gueules.

Rédiger un commentaire

Théodore de BANVILLE

Portait de Théodore de BANVILLE

Etienne Jean Baptiste Claude Théodore Faullain de Banville, né le 14 mars 1823 à Moulins (Allier) et mort le 13 mars 1891 à Paris, est un poète, dramaturge et critique français. Célèbre pour les « Odes funambulesques » et « les Exilés », il est surnommé « le poète du... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto