Poème 'Épicène' de ATOS

Épicène

ATOS

(Hôtel – Bord de mer – Chambre d’hôtel – Entre la tombée la nuit et le lever du jour – Fenêtre ouverte sur la mer – Dans le lit, un couple – Face au lit, un psyché.)

Séraphîtüs

« Ça fait combien de jours ? »

Séraphita

« Deux je crois. »

Séraphîtüs

« Qu’est ce qui te fait dire ça ? »

Séraphita

« La mer , le bruit de la mer. »

Séraphîtüs

« J’ai faim ! »

Séraphita

« Ça mange un ange ? »

Marbre "In finito" d'Auguste Rodin - Amour et Psyché - Vers 1885

Marbre "In finito" d'Auguste Rodin - Amour et Psyché - Vers 1885

Séraphîtüs

« Tu sais les anges sont comme tout le monde.
Autrement peut être…. mais pas pire .
La preuve : ils sont tout le temps amoureux »

Séraphita

« C’est pas drôle… »

Séraphîtüs

« Quoi ? »

Séraphita

« Ils nous ressemblent trop. »

Séraphîtüs

« Tu peux pas savoir à quel point. »

Séraphita

« Alors dis moi ce qui, à coup sûr, me ferait penser que j’ai affaire à un ange. »

Séraphîtüs

« Hum….sa tête ?  »

Séraphita

« Oh bein ça non ! , ça ne marche plus !
J’en ai connu des gueules d’ange… »

Séraphîtüs

« T’ont pas plu ? »

Séraphita

« Si sur le moment. Beaucoup.
Mais tiens regarde là …. »

( Séraphita montre ses poignets )

Séraphîtüs

« Oh mince, c’est vraiment un ange qui t’a fait ça ? »

Séraphita

« Non, mais je mettais faite à sa tête… »

Séraphîtüs

« Faut plus qu’on te refile des autographes comme celui là.
Alors attends…, je vais te donner une astuce pour les repérer à coup sur.
Mais maintenant que j’y pense, y a deux jours, tu croyais que… »

Séraphita

« Quoi ? »

Séraphîtüs

« Bein tu pensais que j’étais comme… »

Séraphita

« Comme moi ? »

Séraphîtüs

« Oui… »

Séraphita

« Bein oui. »

(Silence)

Séraphîtüs

« Il a tord… »

Séraphita

« Qui ça ?  »

Séraphîtüs

« Là haut, il a tord.
Il m’a dit : « t’es trop discret. Même quand tu passes, t’es trop discret » »

Séraphita

« Oh… et c’est pas bien ? »

Séraphîtüs

« En tout cas pas pour un ange . Y paraît.
Mais là j’trouve que ça valait le coup, vu que comme ça… »

Séraphita

« Sur la pointe des pieds, tu as eu le temps de m’apercevoir… »

Séraphîtüs

« Voilà. »

Séraphita

« Bon et alors ton truc ? »

Séraphîtüs

« Ah oui ! Mais après promis on va aller casser une croûte, hein ? »

Séraphita

« Promis,….alors ? »

Séraphîtüs

« Alors si tu veux à coup sur savoir si devant toi il y a un ange…
Donne moi la main !
D’abord ferme les yeux .
Mets toi debout. Viens  »

(Séraphîtüs place Séraphita au pied du lit )

« Bien droite…. Voi…là !
Attention. C’est là que c’est important.
Concentre toi bien.
T’entends toujours la mer ?  »

Séraphita

« Oui »

Séraphîtüs

« Elle va comment ? »

Séraphita

« Elle va fort ! »

Séraphîtüs

« Fort comme quoi ? »

Séraphita

« Fort comme un cœur…
Aussi vite et aussi loin qu’elle le peut. »

Séraphîtüs

« C’est bien
Alors maintenant rappelle toi
Rappelle toi quand tu as posé ta tête contre moi
T’entendais quoi ?  »

Séraphita

« Ton cœur »

Séraphîtüs

« Et comment il battait ? »

Séraphita

« Fort »

Séraphîtüs

« Fort comme quoi ? »

Séraphita

« Comme la mer.. . »

Séraphîtüs

« Alors maintenant tu sauras reconnaître un ange. »

Séraphita

« Mais comment ?  »

Séraphîtüs

« Vas y ouvre les yeux ! »

Séraphita

« Maintenant ? »

Séraphîtüs

« Maintenant ! »

Séraphita

« Que tu es bête !…. C’est moi !  »

Séraphîtüs ( derrière Séraphita )

« Mais regarde!..
C’est merveilleux , non ?  »

( Silence )

Séraphita

« Fabuleux … »

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS