Poème 'La matrice' de ATOS

La matrice

ATOS

La Vie est une membrane translucide qui protège la Raison.
Ce que nous pensons être contradiction n’est que le lieu de rencontre entre deux cheminements. L’opacité produite par ce point semble créer une ombre sur la Raison, pourtant, chemin faisant, ce point se disperse, porté par l’énergie de l’expression de la rencontre.
En se dispersant, ce point entre en expansion et ouvre de nouveaux horizons.
La raison est la pièce maîtresse de la Vie. Sans elle aucune architecture ne serait possible. Voyons la vie comme une cellule et la raison comme son noyau.
La fleur a sa raison, l’arbre, l’homme ont leur raison. Tous sont rhizomes, racines, rameaux.
Nous ne connaissons pas cette raison. Elle ne nous est pas absente, elle nous est inconnue. Parce que nous appartenons au règne du vivant. Nous sommes éléments de cette matrice. Notre multitude, notre diversité, nos cheminements intenses, nos rencontres permettent l’effilement de la membrane de Vie. C’est cela le Vivant. La matière d’une progression constante.
Plus on vit plus la raison devient apparente.
A l’exemple de la cellule qui en se multipliant, fait œuvre commune au sein d’un intense et immense morcellement, et laisse apparaître sa raison.
Une main, un cœur, une plume, une écaille, une algue, une lumière, un rire d’enfant.
Protéger la Vie c’est protéger notre raison.
En l’espace de toute vie on voit apparaître une raison.
Celui qui tranche une vie abrège l’espace du monde.
Il le contraint à l’opacité, et met en péril l’intelligence que porte la Raison.
Laisser croître la Vie c’est faire vivre la raison. Admettre de vivre c’est admettre une participation active, admettre que notre cheminement est consécutif, conséquent et donc constructif.
Admettre le lien sans jamais s’enchaîner à notre intégrité. Notre perfectibilité repose entièrement sur notre mutabilité. Ce que nous nommons instabilité, déséquilibre, n’est que l’écriture de l’expansion du vivant. Rien n’est immuable.
Immortel mais non éternel.
L’éternité est immobilisme, l’immortalité est mouvement.
Dans la concordance de nos vies, un monde raisonne.
La raison est une matière première qui remplit la Vie. Matière inconnue et étonnante qui permet à l’ensemble de l’architecture qu’elle crée de se mouvoir, de progresser, et peut être qui sait, de s’élever.
Raison inconnue, dans cet envol survenu, passe à travers les feuillures du ciel. Porte et adresse ta bienvenue.
En soi, l’Écriture de la vie contient toute la Possibilité du Monde.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2022 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS