Poème 'La Paix' de Théodore de BANVILLE dans 'Rondels'

La Paix

Théodore de BANVILLE
Recueil : "Rondels"

La Paix, au milieu des moissons,
Allaite de beaux enfants nus.
A l’entour, des choeurs ingénus
Dansent au doux bruit des chansons.

Le soleil luit dans les buissons,
Et sous les vieux arbres chenus
La Paix, au milieu des moissons,
Allaite de beaux enfants nus.

Les fleurs ont de charmants frissons.
Les travailleurs aux bras charnus,
Hier soldats, sont revenus,
Et tranquilles, nous bénissons
La Paix, au milieu des moissons.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Non seulement c'est un très beau poème, si non qu'en plus il a une façon de décrire le paysage que celui-ci se déroule devant nos yeux.
    Pour ma part, en ce qui me concerne, quand il 'ecrit "le soleil luit dans les buissons" je vois le soleil filtrer a travers les arbres pour éclairer les buissons et faire briller le feuillage de celui-ci.
    De même quand il dit " les fleurs ont des charmants frissons" je m'imagine très bien la scène une brise légère fait bouger les tiges des fleurs en un léger va et vient ,
    J' aime ce poème car il est réellement un très beau.

  2. Banville ici rejoint Virgile.

Rédiger un commentaire

Théodore de BANVILLE

Portait de Théodore de BANVILLE

Etienne Jean Baptiste Claude Théodore Faullain de Banville, né le 14 mars 1823 à Moulins (Allier) et mort le 13 mars 1891 à Paris, est un poète, dramaturge et critique français. Célèbre pour les « Odes funambulesques » et « les Exilés », il est surnommé « le poète du... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto