Poème 'La tête étoilée – Le vigneron champenois' de Guillaume APOLLINAIRE dans 'Calligrammes'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Guillaume APOLLINAIRE > La tête étoilée – Le vigneron champenois

La tête étoilée – Le vigneron champenois

Guillaume APOLLINAIRE
Recueil : "Calligrammes"

Le régiment arrive
Le village est presque endormi dans la lumière parfumée
Un prêtre a le casque en tête
La bouteille champenoise est-elle ou non une artillerie
Les ceps de vigne comme l’hermine sur un écu
Bonjour soldats
Je les ai vus passer et repasser en courant
Bonjour soldats bouteilles champenoises où le sang fermente
Vous resterez quelques jours et puis remonterez en ligne
Échelonnés ainsi que sont les ceps de vigne
J’envoie mes bouteilles partout comme les obus d’une charmante artillerie

La nuit est blonde ô vin blond
Un vigneron chantait courbé dans sa vigne
Un vigneron sans bouche au fond de l’horizon
Un vigneron qui était lui-même la bouteille vivante
Un vigneron qui sait ce qu’est la guerre
Un vigneron champenois qui est un artilleur

C’est maintenant le soir et l’on joue à la mouche
Puis les soldats s’en iront là-haut
Où l’Artillerie débouche ses bouteilles crémantes
Allons Adieu messieurs tâchez de revenir
Mais nul ne sait ce qui peut advenir

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. La vigne de Monseigneur Lapinot
    -------------------------------------

    Sans jamais s’’adonner aux vaines beuveries,
    L’évêque aime la vigne, et c’est avec raison ;
    Quand sur sa table il pose un plat d’argenterie,
    Le bon vin l’accompagne en toutes les saisons.

    Bacchus est dans son coeur et sur ses armoiries
    Où le pampre est montré, auprès d’un vert gazon,
    Ainsi qu’un long chemin traversant la prairie
    Pour aller doucement rejoindre la maison.

    Le sang du charpentier, c’est une noble essence,
    Même les réprouvés admirent sa puissance ;
    Il charme nos esprits dans le Ponant vermeil.

    Un jour n’est point perdu, pour autant qu’on l’arrose,
    Trinquant avec un ange au coucher du soleil
    Auprès du grand jardin où s’endorment les roses.

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS