Poème 'Obus couleur de lune – Du coton dans les oreilles' de Guillaume APOLLINAIRE dans 'Calligrammes'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Guillaume APOLLINAIRE > Obus couleur de lune – Du coton dans les oreilles

Obus couleur de lune – Du coton dans les oreilles

Guillaume APOLLINAIRE
Recueil : "Calligrammes"

Ceux qui revenaient de la mort
En attendaient une pareille
Et tout ce qui venait du nord
allait obscurcir le soleil

Mais que voulez-vous
c’est son sort
Allô la truie

C’est quand sonnera le réveil
ALLÔ LA TRUIE
La sentinelle au long regard
La sentinelle au long regard
Et la cagnat s’appelait

LES CÉNOBITES TRANQUILLES

La sentinelle au long regard la sentinelle au long regard
Allô la truie
Tant et tant de coquelicots

La sentinelle au long regard la sentinelle au long regard
Allô la truie

Tant et tant de coquelicots

D’où tant de sang a-t-il coulé
Qu’est-ce qu’il se met dans le coco
Bon sang de bois il s’est saoulé

Et sans pinard et sans tacot
Avec de l’eau
Allô la truie

Le silence des phonographes
Mitrailleuses des cinémas
Tout l’échelon là-bas piaffe

Fleurs de feu des lueurs-frimas
Puisque le canon avait soif
Allô la truie
Et les trajectoires cabrées
Trébuchements des soleils-nains
Sur tant de chansons déchirées

Il a l’Étoile du Benin
Mais du singe en boîte carrées
Crois-tu qu’il y aura la guerre
Allô la truie
Ah! s’il vous plaît
Ami l’Anglais
Ah! qu’il est lait
ton frère ton frère ton frère de lait

Et je mangeais du pain de Gêne
En respirant leurs gaz lacrymogènes
Mets du coton dans tes oreilles
D’siré

Puis ce fut cette fleur sans nom
À peine un souffle un souvenir
Quand s’en allèrent les canons
Au tour des roues heure à courir
La baleine a d’autres fanons

Éclatement qui nous fanons
Mais mets du coton dans tes oreilles
Évidemment les fanions
Des signaleurs
Allô la truie

Ici la musique militaire joue
Quelque chose
Et chacun se souvient d’une joue
Rose
Parce que même les airs entraînants
Ont quelque chose de déchirant quand on les entend à la guerre

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto