Poème 'La tornade' de Aimé CÉSAIRE

La tornade

Aimé CÉSAIRE

Le temps que le sénateur s’aperçut que la tornade était assise dans son assiette
et la tornade était dans l’air fourrageant dans Kansas-City
Le temps que le pasteur aperçut la tornade dans l’oeil bleu de la femme du shériff
et la tornade fut dehors faisant apparaître à tous sa large face
puant comme dix mille nègres entassés dans un train
le temps pour la tornade de s’esclaffer de rire
et la tornade fit sur tout une jolie imposition de mains de ses belles mains blanches d’ecclésiastique
Le temps pour Dieu de s’apercevoir qu’il avait bu de trop cent verres de sang de bourreau
et la ville fut une fraternité de taches blanches et noires répandues en cadavres sur la peau d’un cheval abattu en plein galop
Et la tornade ayant subi les provinces de la mémoire riche gravât
craché d’un ciel engrangé de sentences tout trembla
une seconde fois l’acier tordu fut retordu
Et la tornade qui avait avalé comme un vol de grenouilles son troupeau de toitures et de cheminées respira bruyamment une pensée que les prophètes n’avaient jamais su deviner.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Je ne comprends pas (et ne conçois pas) la raison pour laquelle vous avez coupé et tronqué ce poème dans ses passages les plus beaux. Je me permets de restituer l'intégralité du texte d'Aimé Césaire (et me permets d'ajouter que "gravat" ne porte pas d'accent circonflexe!).
    "Le temps que
    le sénateur s’aperçut que la tornade était assise dans son assiette
    sur ses grosses fesses de betterave
    et les rondelles de saucisson de ses cuisses
    vicieusement croisées
    et la tornade était dans l’air fourrageant dans Kansas-City
    Le temps que
    le pasteur aperçut la tornade dans l’oeil bleu de la femme du shériff
    et la tornade fut dehors faisant apparaître à tous sa large face
    puant comme dix mille nègres entassés dans un train
    le temps pour la tornade de s’esclaffer de rire dans le sexe d'une putain
    et la tornade fit sur tout une jolie imposition de mains de ses belles mains blanches d’ecclésiastique
    Le temps pour Dieu de s’apercevoir qu’il avait bu de trop cent verres de sang de bourreau
    et la ville fut une fraternité de taches blanches et noires répandues en cadavres sur la peau d’un cheval abattu en plein galop
    Le temps pour la tornade d'écrire un roman policier et la tornade coiffée de son chapeau de cow-boy et la tornade s'empare de lui en lui criant HAUT LES MAINS de la grande voix creuse dont Dieu se sert pour parler aux poules - et tout tremble et la tornade tordit l'acier et les oiseaux tombaient foudroyés du ciel
    Et la tornade ayant subi les provinces de la mémoire riche gravat
    craché d’un ciel engrangé de sentences tout trembla
    une seconde fois l’acier tordu fut retordu
    Et la tornade qui avait avalé comme un vol de grenouilles son troupeau de toitures et de cheminées respira bruyamment une pensée que les prophètes n’avaient jamais su deviner"

Rédiger un commentaire

Aimé CÉSAIRE

Portait de Aimé CÉSAIRE

Aimé Fernand David Césaire, est un poète et homme politique français de Martinique, né le 26 juin 1913 à Basse-Pointe et mort le 17 avril 2008 à Fort-de-France. Il est l’un des fondateurs du mouvement littéraire de la négritude et un anticolonialiste résolu. Aimé Césaire faisait partie, d’une famille de sept... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto