Poème 'Labyrinthe obsédant' de Jacques PREVEL dans 'Poèmes mortels'

Labyrinthe obsédant

Jacques PREVEL
Recueil : "Poèmes mortels"

Labyrinthe obsédant où me conduisent vos mains
Tragique instant de ma vie calcinée
Délire d’une étoile orgueilleuse et bénie
Promise à la résurrection
Vos deux mains
Ciel ouvert et qui porte l’empreinte
Invisible où se nouent nos chemins
Promesse qui retient ma vie et me la donne éteinte.

Miraculeuses mains vous contenez peut-être
Un orage en suspens et qui doit me frapper
Vous contenez peut-être la force qui me manque
Et votre possession que je ne connais pas
Egalerait ma joie à la joie des Démons.
Je cesserais de vivre
Et de briser mes heures à votre image étrange
Et j’oublierais le châtiment qui me divise

Poème préféré des membres

guillaumePrevel a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS