Poème 'L’âtre' de ATOS

L’âtre

ATOS

Le monde était en feu
Et nous étions en paix

Nous invitions nos enfants
A entrer dans une ronde
Aux promesses enivrantes

Le monde était affamé,
Et nous étions rassasiés,
Maître des jeux et des enjeux.

L’avenir s’annonçait esclave des hommes.
Nous déposions notre destin entre nos mains.
Certains que nous étions en paix,
Oubliant le feu qui crépitait.

Nous étions hommes des vents,
Attisant nos convoitises.
Nous sommes devenus Maîtres des braises,
Balayant d’un souffle ardent
Les rêves de nos enfants.

Poussières de cendres,
Nos serments apaiseront-ils
Les plaies de ces enfers?

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2021 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS