Poème 'Le chevet' de ATOS

Le chevet

ATOS
"Antigone consolatrice", Giorgio de Chirico, 1973

"Antigone consolatrice", Giorgio de Chirico, 1973

Il suffit qu’une nuit pleine de démesure,
heurte ma raison et se fracture
Pour que je saisisse toute sa lecture.

Il faut alors que je me rende à mon chevet
et, bien long temps, rester,
Veillant à ce que l’obscur ne récite pas son chapelet.

Et c’est dans le recueil du jour que je m’endors
lorsque la nuit, enfin, s’échappe d’un mauvais sort.

Extrait du recueil « Ynys Avallach »,
Les éditions du Littéraire – La bibliothèque de Babel
juin 2014 – ISBN-13 : 978-2919318223

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS